La maladie de Parkinson est un trouble neurodégénératif progressif. Cette maladie est caractérisée ; par une perte de neurones dopaminergiques dans une région cérébrale spécifique appelée substantia nigra. Ce qui est généralement impliquée ; dans la régulation de la récompense et du mouvement. Bien qu’il s’agisse d’un trouble cérébral, un nombre croissant de preuves suggère que la maladie de Parkinson peut provenir de l’intestin.

Qu’est-ce que la maladie de Parkinson?

La maladie de Parkinson est le deuxième trouble neurologique lié à l’âge dans le monde ; touchant environ 3% des personnes âgées de 65 ans ou plus et 5% des personnes âgées de plus de 85 ans.

Bien que l’étiologie exacte soit inconnue ; la principale cause de la maladie de Parkinson serait une accumulation anormale d’une protéine appelée alpha-synucléine (corps de Lewy) dans les neurones dopaminergiques ; entraînant une altération de l’activité neuronale.

La réduction des niveaux de dopamine dans le cerveau provoque des activités cérébrales anormales ; qui sont principalement associées à des tremblements ; une raideur musculaire, des difficultés de mouvement et des problèmes d’équilibre.

en outre que les symptômes moteurs ou liés au mouvement, la maladie de Parkinson peut être associée à des déficits cognitifs ; la dépression, l’apathie, une perte de sensation olfactive, des difficultés de mastication et de déglutition, des troubles du sommeil; la constipation, des difficultés mictionnelles, une hypotension orthostatique et à la fatigue.

La maladie de Parkinson est-elle d’origine intestinale?

L’idée

En l’an 1817, James Parkinson, un chirurgien anglais ; a proposé pour la première fois le lien entre la maladie de Parkinson et l’intestin.

Il a indiqué que le traitement des problèmes liés à la constipation a entraîné une amélioration des symptômes moteurs chez un patient sur six atteint de la maladie de Parkinson.

Depuis lors ; de nombreuses études axées sur l’a cause de la maladie de Parkinson ont révélé que la constipation est l’un des principaux symptômes de la maladie ; et elle apparaît souvent juste avant l’apparition des problèmes moteurs.

L’innovation

En l’année 2003, la percée dans ce domaine particulier est venue avec l’observation qu’au lieu du cerveau ; la maladie de Parkinson peut se développer dans l’intestin.

Une étude menée par le neuroanatomiste, Heiko Braak, a révélé qu’en dehors de neurones cérébraux spécifiques ; les corps de Lewy sont présents dans des parties du système nerveux central qui contrôlent le tractus gastro-intestinal.

En plus, les résultats de l’étude ont émis l’hypothèse que les altérations pathologiques de l’intestin peuvent éventuellement se déplacer vers le système nerveux central par un «agent pathogène non encore identifié» qui traverse la barrière muqueuse du tractus gastro-intestinal et voyage via le nerf vague pour atteindre le tronc cérébral.

Preuve de concept

Récemment ; une étude a été menée ; pour prouver l’hypothèse de Heiko Braak et ses collègues. L’expérience a été menée ; en injectant de l’alpha-synucléine synthétique anormales dans l’intestin de souris saines ; et en recueillant des échantillons de tissus cérébraux après 1, 3, 7 et 10 mois d’injection.

Les résultats ont révélé que les protéines anormales commencent à s’accumuler dans la région intestinale où le nerf vague se connecte et se propage progressivement dans diverses régions du cerveau au fil du temps.

En outre, il a été constaté ; que la dissection chirurgicale du nerf vague provoque une inhibition de la translocation des protéines anormales et une réduction de la mort des cellules nerveuses.

En ce qui concerne les changements de comportement liés à la maladie de Parkinson, l’étude a révélé que l’injection intestinale d’alpha-synucléine anormale chez des souris dont le nerf vague est intact ; provoque une réduction du contrôle de la motricité fine ; et l’induction de comportements anxieux.

Une autre étude portant sur des rats génétiquement modifiés ; sur exprimant l’alpha-synucléine ; a confirmé que les protéines anormales se déplacent de l’intestin vers les régions cérébrales liées à la maladie de Parkinson via le nerf vague ; et l’accumulation de lésions pathologiques dans le cerveau augmente avec le temps.

En outre ; il a été constaté ; qu’en dehors du cerveau, les protéines anormales peuvent également se déplacer vers le cœur. Cela explique la présence de problèmes cardiaques chez les patients atteints de la maladie de Parkinson.

La maladie de Parkinson est-elle toujours d’origine intestinale?

De plus en plus de preuves suggèrent que les patients atteints de Parkinson peuvent appartenir à deux catégories ; les catégories tube digestif d’abord et cerveau d’abord.

Chez les patients appartenant au sous-type de l’intestin d’abord, la maladie prend naissance dans le système nerveux périphérique de l’intestin, et finit par se rendre au cerveau.

Alors que, dans le sous-type cerveau d’abord, la maladie prend naissance dans le cerveau ou pénètre dans le cerveau via le système olfactif et se propage progressivement au tronc cérébral et au système nerveux périphérique.

Comme en témoignent les études d’autopsie cérébrale chez les patients atteints de la maladie de Parkinson ; certaines lésions pathologiques se développent dans le système nerveux périphérique de l’intestin et du nez et se transmettent au cerveau.

Cependant, dans certains cas; aucune lésion ne peut être trouvée ; au point d’entrée du cerveau où le nerf vague se connecte au tronc cérébral. Cela indique qu’au lieu de provenir du système nerveux périphérique, la maladie est originaire du cerveau.

Pour une prise en charge efficace des patients atteints de la maladie ; il est important d’évaluer d’abord la cause de la maladie de Parkinson. Les traitements qui sont dirigés vers l’intestin ; tels que les probiotiques ; les médicaments anti-inflammatoires ; les transplantations fécales, etc., peuvent ne pas être efficaces chez les patients porteurs du sous-type cérébral d’abord de la maladie.

Par conséquent, l’identification du sous-type de la maladie et le développement d’une médecine personnalisée sont les deux étapes importantes à considérer pour une prise en charge efficace des patients atteints de la maladie de Parkinson.

Leave a comment