La maladie à coronavirus (COVID-19) continue de menacer des millions de personnes à travers le monde. Le confinement doit continuer dans de nombreux pays dans un contexte de mortalité croissante.

Alors que les gouvernements décident d’étendre ou non les restrictions visant à réduire la propagation du virus ; une nouvelle étude révèle que le nouveau coronavirus a muté en au moins 30 variantes génétiques différentes, affectant différentes parties du monde.

L’équipe de chercheurs, dirigée par les scientifiques chinois ; le professeur Li Lanjuan et ses collègues de l’Université du Zhejiang en Chine ; a découvert au sein d’un petit groupe de patients de nombreuses mutations du coronavirus non signalées auparavant. Ces mutations incluent de rares changements que les scientifiques n’avaient jamais imaginé pouvoir se produire.

Le nouveau coronavirus, maintenant officiellement appelé (SRAS-CoV-2), est un virus à ARN ; tout comme les virus qui causent la rougeole et la grippe. Ces virus sont plus sujets aux changements et aux mutations que les virus à ADN.

Alors que le SARS-CoV-2 se propage à travers le monde ; les scientifiques craignent que le virus ne se transforme en quelque chose de plus mortel et devienne une menace plus importante pour l’humanité.

source: https://www.scientificanimations.com/

Mutations et propagations rapides

Pour arriver à leurs conclusions ; les chercheurs ont analysé les souches des 11 patients COVID-19 choisis au hasard à Hangzhou en Chine ; où il y avait 1264 cas confirmés. Ils ont testé comment le virus peut infecter et tuer efficacement les cellules du corps. L’équipe a identifié plus de 30 mutations différentes du coronavirus, dont 19 n’ont jamais été vues auparavant.

Certaines mutations ont stimulé la capacité du virus à se propager ; tandis que d’autres ont renforcé sa capacité à envahir les cellules. L’équipe a découvert que les mutations les plus meurtrières ont été observées dans celles se propageant en Europe et à New York. D’un autre côté, des souches plus faibles ont été observées dans certaines parties des États-Unis, comme l’État de Washington.

«Les données actuelles de l’enquête génomique suggèrent que les variantes d’un seul nucléotide sont abondantes. Cependant, aucune mutation n’a été directement liée aux changements fonctionnels de la pathogénicité virale » ; ont écrit les chercheurs.

L’article, qui a été publié dans la revue en ligne MedRxiv, souligne comment l’étude des mutations peut aider à fournir une base pour le développement de vaccins. La partie la plus délicate est que davantage de mutations se produisent. Il faudra un certain temps avant qu’un vaccin puisse être développé.

Coronavirus: mutations et pathogénicité

Il s’agit de la première étude à fournir un aperçu de la façon dont une mutation pourrait influer sur la gravité de la maladie. Par exemple, le virus à New York est plus fort et plus agressif ; et il a le taux d’infection le plus élevé du pays.

Particules du virus MERS. balayage coloré par photomicrographie des particules de virus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (jaune) fixées à la surface d’une cellule VERO E6 infectée (bleu). Image capturée et rehaussée de couleurs au NIAID Integrated Research Facility à Fort Detrick, Maryland. source: NIAID

Cependant, une mutation plus faible ne signifiait pas un risque plus faible pour la population. Prenons, par exemple, deux patients de l’étude à Zhejian, qui sont dans la trentaine et la cinquantaine ; qui ont contracté la souche la plus faible du virus mais sont tombés gravement malades. Bien que les patients se soient rétablis, ils ont dû être admis dans l’unité de soins intensifs (USI).

L’équipe a également révélé que certaines des souches les plus agressives du coronavirus étaient capables de générer 270 fois la charge virale des souches les plus faibles. De plus, des souches puissantes tuent les cellules humaines plus rapidement.

« Par conséquent, nous fournissons des preuves directes que le SRAS-CoV-2 a acquis des mutations capables de modifier considérablement sa pathogénicité » ; a ajouté l’équipe.

L’équipe estime que les mutations précédentes qui n’avaient pas été signalées pourraient être à l’origine du nombre élevé de morts dans certaines parties de l’Europe et de New York. Les États-Unis ont désormais le plus grand nombre de cas confirmés et de décès ; avec 960 896 et 54 265, respectivement.

Les virus du SRAS-CoV-2 se lient aux récepteurs ACE-2 sur une cellule humaine, le stade initial de l’infection au COVID-19. source: illustration 3D conceptuelle: Kateryna Kon / Shutterstock

Effet de nombreuses variantes de mutation

Avec de nombreuses mutations se produisant dans le virus, il peut devenir plus difficile de développer un vaccin efficace pour prévenir la maladie à coronavirus. Les patients atteints du COVID-19 sont traités dans les hôpitaux en utilisant un seul traitement, quelle que soit la souche qu’ils ont. Les chercheurs suggèrent que la connaissance des différentes mutations peut aider à fournir le bon traitement aux patients. En outre, ils peuvent déterminer des actions pour combattre le virus.

Bien que le besoin de traitement ou de vaccin soit urgent au milieu de la pandémie de coronavirus, il est essentiel de prendre en considération les mutations qui s’accumulent.

À l’échelle mondiale, le taux de mortalité a dépassé 203,796, tandis que le nombre de cas confirmés a atteint un nombre stupéfiant de 2,93 millions de personnes. Les États-Unis et certains pays d’Europe, comme l’Espagne, la France, l’Italie, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Turquie, ont signalé le plus grand nombre de cas.

SOURCES/ https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

Photo de Fusion Medical Animation sur Unsplash

Leave a comment