Les probiotiques sont de plus en plus populaires, et une étude récente a cherché si les chats pourraient en bénéficier. Bien que les résultats suggèrent certains avantages; d’autres travaux sont nécessaires pour trancher.

Les probiotiques

Les probiotiques sont disponibles dans pleins de produits; les boissons, les céréales du petit déjeuner, et les yaourts; les probiotiques promettent une meilleure santé digestive et globale.

Cependant, le soutien scientifique à ces allégations est rare; bien que la recherche indique que les probiotiques peuvent aider à traiter ou à prévenir certaines situations, telles que la diarrhée associée aux antibiotiques.

Bien que les scientifiques soient sceptiques quant aux avantages des probiotiques alimentaires disponibles dans le commerce; il ne fait aucun doute que les bactéries qui résident dans l’intestin des mammifères sont vitales pour la santé de l’intestin et la santé en générale.

Comme l’expliquent les chercheurs d’une étude récente; les bactéries intestinales peuvent renforcer les défenses immunitaires d’un animal; améliorer la digestion et favoriser le métabolisme énergétique.

D’autres études ont montré que chez les chats et les chiens, la dysbiose; qui est altération de la flore intestinale normale; peut provoquer une inflammation intestinale et des maladies associées au stress.

Probiotiques et « qualité » fécale des chats

Récemment, un groupe de chercheurs a décidé d’examiner si des probiotiques pouvait influencer « les conditions nutritionnelles et la qualité fécale chez des chats en bonne santé ».

Ils ont décidé d’étudier ce sujet car; bien que plusieurs études scientifiques aient rapporté des effets bénéfiques des probiotiques sur la santé intestinale chez les êtres humains; et les chiens affectés par des troubles gastro-intestinaux; peu d’études sur les chats ont été réalisées.

Chez les animaux d’élevage; les probiotiques sont utilisés pour augmenter la production. Et, comme l’expliquent les chercheurs; il existe « un intérêt croissant pour les probiotiques dans l’alimentation des humains et des animaux de compagnie ».

Pour enquêter; les chercheurs ont sélectionné 10 chats adultes; de race « Maine Coon » qui sont en bonne santé. Les scientifiques ont fait suivre le même régime alimentaire à tous les animaux; et ils ont ajouté une souche de la bactérie Lactobacillus acidophilus à cinq d’entre eux. Cette espèce de bactérie est commune chez les chats, les chiens et les humains.

Tout au long de l’essai de 5 semaines; les scientifiques ont pesé les chats. Ils ont également vérifié leur état corporel à l’aide des directives d’évaluation nutritionnelle pour les chiens et les chats; conçues par « l’American Animal Hospital Association ».

Les chercheurs expliquent que cette méthode est « la méthode la plus utilisée pour évaluer l’état nutritionnel des chats ».

Les scientifiques ont également évalué la fermeté fécale à l’aide du système de score fécal Nestlé Purina; et mesuré les niveaux d’humidité fécale en laboratoire. Ces évaluations sont considérées comme une bonne mesure de la santé intestinale d’un animal.

Résultat de l’étude

Tous les chats sont restés en bonne santé tout au long de l’étude; sans effets secondaires; et ont maintenu une condition physique idéale. De même, les scientifiques n’ont trouvé aucune différence de poids entre les chats des groupes témoin et probiotique.

Cependant, les excréments des chats du groupe probiotique étaient moins humides et d’une « qualité » supérieure à celle des chats témoins. Dans l’ensemble; les chercheurs ont concluent que «les chats du groupe probiotique présentaient des selles plus sèches que les chats du groupe témoin».

Comme prévu; les excréments des chats du groupe probiotique contenaient des niveaux plus élevés de L. acidophilus; ce qui indique que la supplémentation avait l’impact souhaité.

Les matières fécales produites par les félins dans le groupe probiotique avaient également des niveaux inférieurs de bactéries coliformes comme Escherichia coli; indiquant, selon les auteurs; « que les probiotiques ont un léger effet protecteur des espèces de bactéries envahissantes ».

La nécessité de d’autres recherches

Bien sûr, une étude portant sur seulement 10 chats sur une poignée de semaines ne fournit pas suffisamment de preuves pour des conclusions solides. Les scientifiques devront faire beaucoup plus de recherches avant de pouvoir évaluer s’il y a de vrais avantages.

Il convient de noter que, comme l’écrivent les auteurs, « les causes possibles des excréments mous chez les chats et les chiens sont encore débattues ».

De plus, tous les animaux étaient en bonne santé et le sont restés tout au long de l’étude; les auteurs écrivent:

« D’autres études avec un plus grand échantillon de chats sains; et une comparaison avec des chats souffrant d’une pathologie gastro-intestinale; pourraient être menées pour étudier l’effet de la souche testée sur l’intestin dysbiotique carnivore. »

Bien que la qualité des selles des chats dans la récente étude s’est améliorée par certaines mesures de la santé intestinale, cela ne signifie pas que, dans l’ensemble, les chats qui ont reçu des probiotiques étaient en meilleure santé.

Comme pour les probiotiques à usage humain, ce domaine nécessite beaucoup plus de recherches.

Leave a comment