L’indice de Pearl est une référence pour mesurer l’efficacité d’une méthode contraceptive; ayant un indice bas; la pilule est un moyen anticonceptionnel sûr; très populaire auprès des femmes; cependant quelles sont les chances d’engendrer une grossesse non désirée en respectant ses prises?

La pilule comme tout médicament a des indications; des contres indications, et surtout des interactions médicamenteuses; ces dernières peuvent majorer comme diminuer son efficacité; dans ce cas une deuxième contraception le temps de finir son traitement est nécessaire.

Si l’oublie de la pilule n’est pas un problème pour vous, voici de quoi vous méfier pour éviter les surprises:

Les inducteurs enzymatiques

Essentiellement les antiépileptiques (carbamazepine, phénytoïne, phenobarbital …etc), induisent une production enzymatique au niveau du foie, ce qui accélèrent la dégradation des hormones.

Les antibiotiques

Les antituberculeux (rifampicine, isoniazide, rifabutine) l’augmentent la fréquence d’ovulation, et réduisent l’efficacité des estroprogestatifs. Les médicaments contre les mycoses minimisent également l’effet de la pilule; cependant jusqu’aujourd’hui; ça n’a pas été prouvé que les antibiotiques à large spectre d’usage courant soient responsable de l’inefficacité des contraceptifs hormonaux, le soucis est que la majorité modifient les conditions du cycle entéro-hépatique de l’éthinylœstradiol.

Les antiviraux

Le traitement contre le VIH ( les inhibiteurs de protéase et les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse); et la contraception hormonale ne font pas bon ménage; le risque de grossesse non planifiée est augmenté, ainsi que le risque de transmission du virus.

Le charbon actif

Reconnu comme détoxifiant très efficace contre les ballonnements abdominaux et les intoxications digestives inhibe l’absorption des hormones estroprogestatives.

Les laxatifs

Ils n’affectent pas la contraception quand ils sont pris exceptionnellement; mais leurs utilisation à long court minimise l’efficacité contraceptive par défaut d’adsorption.

Les troubles digestifs

Les vomissements survenant dans les quatre premières heures suivant la prise du contraceptif annule l’effet de la pilule; et oblige une autre prise.

La diarrhée empêche la bonne absorption intestinale des hormones.

Les autres causes d’échec de la contraception:

  • les antimigraineux (dihydroergotamine).
  • les médicamensts anti HTAP (bosentan).
  • les médicaments pour traiter l’obésité.
  • les hypolipimiants.

NB: ces interactions médicamenteuses sont valables pour toute contraception hormonale: patch, et anneau vaginal.

Leave a comment