Le coronavirus de Wuhan ou 2019-nCoV, un virus cousin du SARS paru en 2003; se propage de la Chine vers d’autres pays, les États-Unis confirmant son premier cas de maladie potentiellement mortelle. Le virus a tué 17 personnes en Chine; rendant plus de 500 personnes malades dans six pays et laissant des milliers de personnes en quarantaine.

2019-nCoV un virus dangereux

La confirmation que le virus autrefois mystérieux provoquant une pneumonie grave; notamment de la fièvre, de la toux et des difficultés respiratoires, est un coronavirus. Il ressemble énormément à deux coronavirus déjà existants; qui sont tous deux mortels: le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui est apparu en Chine en 2003; et le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-Cov); qui est apparu pour la première fois au Moyen-Orient. en 2012.

Les premiers cas

La veille du Nouvel An, le 31 décembre 2019; les autorités chinoises ont signalé à l’Organisation mondiale de la santé (OMS); une série d’une mystérieuse maladie pulmonaire, comparable à une pneumonie; apparaissant dans la ville de Wuhan. Les patients ont été isolés; et mis en quarantaine pendant que les autorités sanitaires tentent de déterminer l’endroit où la maladie a commencé.

Le jour du Nouvel An; les centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis ont identifié la source de l’infection; qui était un marché de fruits de mer dans la ville. Les autorités sanitaires ont immédiatement fermé le marché pour empêcher la propagation du virus.
Le lendemain, le 2 janvier; le ministère de la Santé de Singapour; a été alerté de la nouvelle flambée de pneumonie en Chine; et a lancé des dépistages à l’aéroport pour tous les voyageurs en provenance de Chine. Les patients présentant des symptômes tels que fièvre et toux ont été immédiatement transféré aux hôpitaux pour évaluation.

Le premier décès lié au 2019-nCoV

Le 9 janvier, l’OMS a identifié le coupable de l’épidémie; qui est une nouvelle souche de coronavirus; qui est une famille de virus causant des maladies telles que le rhume, à des maladies plus graves; telles que le SRAS et le MERS-Cov.

En quelques jours, le virus s’est propagé, infectant plus de 50 personnes. L’épidémie a alarmé les professionnels de la santé lorsqu’une personne est décédée du virus le 11 janvier; et quelques jours après, le virus s’est propagé au-delà de la Chine.

Le 13 janvier, la Thaïlande a confirmé son premier cas d’infection 2019-NCov. La patiente est revenue en Thaïlande d’un voyage à Wuhan et a présenté des symptômes de pneumonie. Le 16 janvier, le Japon a confirmé son premier cas de virus, un patient revenu de Wuhan.

2019-nCoV transmission interhumaine possible

Les autorités à ce moment-là; ont déclaré qu’il n’y a aucun cas de transmission humaine du virus; mais cela ne pouvait être exclu. Le 17 janvier, un autre patient a succombé aux effets du virus en Chine; et le même jour, le CDC a alerté que les patients de Wuhan seront examinés à leur arrivée dans les aéroports des États-Unis.

Le 20 janvier; plus de 100 nouveaux cas ont été confirmés par les autorités chinoises; et la Corée du Sud rapporte son premier cas, qui est également un voyageur venant de la ville de Wuhan.

À ce moment-là, les responsables de la santé ont déclaré que la transmission interhumaine était possible; selon Zhong Nanshan, un scientifique renommé de la Commission nationale de la santé, qui a étudié l’ampleur de l’épidémie de SRAS il y a plus d’une décennie. Il a ajouté que les patients peuvent contracter le virus sans visiter le marché des fruits de mer.

Le 21 janvier, un autre patient est décédé de l’infection; ce qui porte le nombre de morts à quatre. Le même jour, le CDC confirme le premier cas d’infection par le coronavirus de Wuhan aux États-Unis; revenu de Wuhan, en Chine. Le patient est actuellement isolé; et les responsables de la santé ont intensifié leurs efforts pour dépister les patients dans les principaux aéroports du pays.

Encore plus de cas et de décès

Taiwan a signalé son premier cas le 21 janvier; et le nombre de personnes infectées en Thaïlande est passé à deux. Le 22 janvier; un responsable de la commission nationale de la santé de la Chine rapporte que le nombre de morts est passé à neuf le 21 janvier; et qu’il y a 440 cas confirmés dans 13 provinces chinoises et plus de 2000 cas de contacts étroits.

Le 22 janvier, la Thaïlande signale deux autres cas; et Macao confirme son premier cas. Selon les informations communiquées; le nombre de morts est passé à 17; et le nombre de cas confirmés est passé à plus de 500.

Mesures

Les autorités locales de lutte contre les maladies ont émis un ordre de mise en quarantaine de la ville; qui comprend l’arrêt de toutes les opérations de transport public; y compris les bateaux “ferries”; les trains et les bus. Les déplacements à destination et en provenance de la ville, y compris les avions; seront arrêtés pour empêcher une nouvelle propagation du virus; qui pourrait désormais se propager par transmission humaine.

Pleins de pays ont également imposé un dépistage de la fièvre et d’autres symptômes aux passagers, notamment la Thaïlande, la Corée du Sud, Hong Kong et Singapour.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé une réunion du comité RSI sur le nouveau coronavirus.

«La décision de déclarer ou non une urgence de santé publique de portée internationale est une décision que je prends très au sérieux; et je ne suis prêt à la prendre, qu’en tenant compte de toutes les preuves. Notre équipe en Chine travaille avec des experts et des fonctionnaires locaux pour enquêter sur l’épidémie », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, dans un communiqué.

Laissez un commentaire