L’autisme ou le trouble du spectre autistique amène une personne à établir des modèles de comportement répétitifs et nuit souvent à ses interactions sociales avec d’autres personnes.

Les médecins diagnostiquent généralement les troubles du spectre autistique (TSA) dans l’enfance lorsque les symptômes peuvent survenir avant l’âge de 3 ans.

L’autisme touche en moyenne 62 personnes sur 10 000 dans le monde; et 650 milles personnes en France.

Le terme «spectre» fait référence à la grande variété de symptômes et de sévérité au sein des TSA. Certaines personnes atteintes du trouble éprouvent des problèmes sociaux débilitants; tandis que d’autres peuvent être en mesure de fonctionner de manière plus autonome.

Autisme: Qu’es ce que c’est?

TSA est un terme générique qui représente un certain nombre de conditions de développement mental.

Dans la nouvelle édition du guide de l’American Psychiatric Association pour le diagnostic, connue sous le nom de Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, ils ont ajouté les troubles suivants à la catégorie des TSA:

  • Syndrome d’Asperger.
  • Trouble désintégratif de l’enfance.
  • Troubles envahissants du développement non spécifiés.

les expériences courantes parmi les personnes atteintes du trouble comprennent; la déficience dans les situations sociales et l’adoption de comportements répétitifs.

Certains enfants autistes peuvent sembler présenter des symptômes dès la naissance; tandis que d’autres peuvent développer des signes plus évidents à mesure qu’ils grandissent.

L’autisme a également des liens avec d’autres conditions médicales; telles que l’épilepsie et la sclérose tubéreuse. Selon l’Institut national des troubles neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux (NINDS), environ 20 à 30% des personnes autistes développent une épilepsie au moment où elles atteignent l’enfance.

Autisme: symptômes

Le TSA peut avoir un certain nombre d’effets sur l’interaction sociale et la communication d’une personne, notamment:

  • Adoption de modèles discussion inhabituels, comme l’utilisation d’un ton robotique.
  • Eviter le contact visuel avec les autres.
  • Ne pas babiller ou roucouler aux parents quand il était bébé.
  • Ne répondent pas à leurs noms.
  • Développement tardif de la parole.
  • Avoir de la difficulté à maintenir la conversation.
  • Répéter fréquemment certaines phrases.
  • Difficulté apparente à comprendre ses sentiments et à s’exprimer.

En plus des troubles de la communication, une personne autiste peut également afficher des comportements répétitifs ou inhabituels; par exemple:

  • Devenir tellement investi dans un sujet qu’il semble les consommer, comme les voitures, les horaires des trains ou les avions.
  • Devenir préoccupé par des objets, comme un jouet.
  • S’engager dans des mouvements répétitifs, comme se balancer d’un côté à l’autre.
  • Aligner ou organiser des jouets ou des objets de manière très méticuleuse.
  • Une personne autiste peut également éprouver des problèmes d’équilibre ou de motricité.

Syndrome du savant

Environ 1 personne autiste sur 10 présente des signes de syndrome savant; bien que cette condition puisse également survenir chez des personnes souffrant d’autres troubles du développement ou de lésions du système nerveux.

Le syndrome Savant survient lorsqu’une personne démontre des capacités extraordinaires dans un domaine particulier; comme jouer d’un instrument de musique; calculer des sommes extrêmement complexes à grande vitesse; lire deux pages d’un livre simultanément; ou être capable de mémoriser de vastes quantités de connaissances.

Les personnes autistes prospèrent grâce à la routine et à la capacité de prédire les résultats de certains comportements et lieux. Une interruption de la routine ou une exposition à des environnements bruyants et sur-stimulants peuvent submerger une personne autiste; entraînant des explosions de colère; de la frustration; du détresse ou de la tristesse.

Aucun test spécifique ne peut diagnostiquer l’autisme. Au lieu de cela, les médecins parviennent à un diagnostic grâce à des rapports parentaux du comportement; d’observation et en excluant d’autres conditions.

Par exemple; si un enfant a une perte auditive non diagnostiquée, les symptômes peuvent être similaires à ceux de l’autisme.

Autisme: les causes

Les causes de l’autisme ne sont encore pas connues; mais un nombre important d’études sont en cours en vue d’apprendre comment ça se développe.

Les chercheurs ont identifié plusieurs gènes qui semblent avoir des liens avec les TSA. Parfois, ces gènes surviennent en mutant spontanément. Dans d’autres cas, les gens peuvent en hériter.

Dans les études sur les jumeaux, l’autisme a souvent une forte corrélation entre les jumeaux. Par exemple, si un jumeau est autiste, l’autre a jusqu’à 95% de chance de souffrir d’autisme selon (NINDS).

Les personnes autistes peuvent également subir des changements dans des domaines clés de leur cerveau qui ont un impact sur leur discours et leur comportement. Les facteurs environnementaux pourraient également jouer un rôle dans le développement du TSA, bien que les médecins n’aient pas encore confirmé de lien.

Cependant, les chercheurs savent que certaines causes supposées, telles que les pratiques parentales, ne provoquent pas l’autisme.

Autisme et vaccin

Une idée fausse répondue concernant l’autisme; est que le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) peut contribuer au développement d’autisme.

Cependant; le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies rapporte qu’il n’y a aucun lien connu entre les vaccins et l’autisme.

Certaines personnes affirment que le thimérosal, un conservateur qui contient du mercure et qui se trouve dans des vaccins spécifiques; a des liens avec l’autisme. Cependant, au moins neuf études différentes depuis 2003 ont fourni des preuves qui contredisent cette affirmation.

Le journal Lancet a publié le document initial qui a déclenché la controverse autour des vaccins et de l’autisme et l’a retiré 12 ans plus tard après des preuves de falsification des données; et la fraude à la recherche est devenue claire. Les organes directeurs ont privé l’auteur, Andrew Wakefield; de ses pouvoirs et de sa permission de pratiquer.

Autisme: traitement

Il n’y a pas de traitement universel pour l’autisme, car chaque personne atteinte du trouble présente un tableau différent.

Des thérapies et des stratégies sont disponibles pour gérer les problèmes de santé qui accompagnent souvent l’autisme. Ces problèmes peuvent inclure l’épilepsie; la dépression; le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) et les troubles du sommeil.

Bien que tous ces traitements ne soient pas efficaces pour toutes les personnes autistes; il existe de nombreuses options à considérer qui peuvent aider les gens à faire face. Les spécialistes de l’autisme ou les psychologues peuvent orienter une personne vers un traitement qui reflète sa présentation de l’autisme.

Interventions

Parmi les interventions de traitement qui peuvent être bénéfiques figurent:

Analyse du comportement appliquée (ABA)

Un instructeur essaiera d’abord de se renseigner sur les comportements particuliers de la personne autiste. Ils voudront également connaître les effets de leur environnement sur ce comportement et comment la personne apprend. L’ABA vise à augmenter les comportements souhaitables et à réduire ceux qui sont nocifs ou isolants en utilisant un renforcement positif.

L’ABA peut aider à améliorer la communication, la mémoire, la concentration et les performances académiques. En analysant les comportements actuels et en enseignant de nouvelles actions étape par étape; un instructeur peut fournir à la fois à une personne autiste et à son entourage des outils de soutien.

Le model de Denver ou Early Start Denver Model (ESDM)

Ce type de thérapie comportementale se produit pendant le jeu et aide les enfants âgés de 1 à 4 ans.

Un psychologue; un spécialiste du comportement ou un ergothérapeute; utilisera des activités conjointes et jouera pour aider un enfant autiste à établir des relations positives avec un sens du plaisir. Les parents et les soignants peuvent ensuite poursuivre la thérapie à la maison.

L’ESDM soutient les compétences de communication et les capacités cognitives.

La méthode Floortime

Cela implique que les parents rejoignent les enfants dans l’aire de jeu et établissent des relations. Les thérapies ABA peuvent également utiliser le Floortime pour soutenir le traitement et vice versa. Les parents laissent les enfants diriger le jeu, permettant ainsi aux forces de l’enfant de se développer.

Grâce à cet engagement; un enfant autiste apprendra la communication bidirectionnelle et complexe; la pensée émotionnelle et l’intimité. Ils apprennent également à prendre l’initiative de se réguler et de s’engager avec leur environnement.

Ergothérapie

Cela aide une personne autiste à développer les compétences pour la vie quotidienne et à apprendre l’indépendance.

Ces compétences comprennent l’habillage sans assistance; le toilettage et l’hygiène de base et la motricité fine. Les personnes autistes peuvent ensuite pratiquer ces compétences en dehors des séances de thérapie, qui durent généralement de 30 à 60 minutes.

Traitement de réponse pivot (PRT)

Cette thérapie vise à soutenir la motivation et la capacité de répondre aux signaux de motivation chez les enfants autistes. Il s’agit d’une thérapie basée sur le jeu qui se concentre sur le renforcement naturel.

Par exemple, si un enfant veut une petite voiture et la demande d’une manière appropriée; il obtient la petite voiture; et non une récompense sans rapport; comme des bonbons. Cela encourage également les enfants autistes à commencer des interactions sociales, au lieu de simplement y répondre.

Intervention pour le développement de la relation

Ce traitement est centré sur l’importance de la pensée dynamique; ou la capacité d’adapter les pensées et de traiter les situations avec souplesse; pour aider à améliorer la qualité de vie des personnes autistes.

L’objectif de la méthode comprend la compréhension des perspectives des autres; le traitement du changement et l’absorption d’informations provenant de plusieurs sources à la fois; telles que la vue et le son, sans ressentir de détresse.

Orthophonie

Cela aide à relever les défis de communication que les personnes autistes peuvent rencontrer.

L’aide pourrait comprendre la correspondance des émotions avec les expressions faciales; l’apprentissage de l’interprétation du langage corporel et la réponse aux questions. Un orthophoniste pourrait également essayer d’enseigner les nuances du ton vocal et aider l’individu à renforcer sa parole et sa clarté.

Méthode TEACCH ou ” Treatment and Education of Autistic and related Communication handicapped Children “

Traitement et éducation des enfants avec des difficultés en communication, autistes et apparentés. Ce programme aide à intégrer les besoins des enfants autistes dans un environnement de classe; en mettant l’accent sur l’apprentissage visuel; et le soutien aux difficultés d’attention et de communication qui peuvent survenir.

Les prestataires d’éducation spécialisée; ainsi que les professionnels de la santé tels que les psychologues et les orthophonistes; peuvent utiliser ce système pour soutenir les enfants autistes.

Thérapie comportementale verbale

Elle aide les enfants autistes à relier le langage et le sens. Les praticiens de cette thérapie ne se concentrent pas sur les mots; mais sur les raisons de les utiliser.

Médicaments

Si un médecin prescrit des médicaments à un enfant ou un adulte autiste; il essaiera généralement de traiter les crises d’épilepsie; la dépression ou les troubles du sommeil.

Encore une fois, les médicaments peuvent convenir ou non à une personne autiste; c’est au cas par cas.

Adaptation et développement de compétences

Les enfants autistes développent souvent des comportements qui les aident à traiter les effets isolants du trouble.

Ces comportements sont des tentatives de l’enfant pour se protéger des stimuli; qui peuvent les submerger et augmenter l’apport sensoriel pour améliorer la sensation. Ils peuvent également adopter ces comportements pour apporter un certain niveau ou organisation ou logique à leur vie quotidienne.

Bien que toutes les stratégies d’adaptation à l’autisme ne soient pas nocives; certaines peuvent inhiber l’interaction sociale et conduire à l’isolement et à la détresse.

Ces comportements incluent:

  • S’isoler et éviter le contact avec les autres.
  • Comportements répétitifs en jouant et en se basant sur des événements familiers pendant la journée.
  • Se parler, ou siffler.
  • Devenir très attaché aux objets préférés.
  • Choisir de rechercher ou d’éviter certaines expériences à tout prix.

Le facteur important dans la gestion des comportements potentiellement isolants n’est pas de décourager ces comportements; mais d’ajouter d’autres stratégies d’adaptation qui peuvent faciliter le voyage d’un enfant à travers l’autisme, telles que:

  • Cherche de l’aide.
  • Se détendre et faire des pauses.
  • Clarifier leurs besoins.
  • Gestion des entrées sensorielles.

Les moyens suivants sont efficaces pour y parvenir:

  • Comprendre qu’un enfant autiste prend plus de temps pour comprendre ce qu’on lui dit; et en tenir compte quand on parle à un enfant autiste.
  • Limiter le bruit; les mouvements; et la présence d’objets à proximité pour aider un enfant à se concentrer lorsqu’on lui présente des informations.
  • Aider l’enfant à structurer les activités en donnant des indices sous forme d’ordre; tels que “D’abord, faites-le, puis …” ou “Préparez-vous … partez!”.
  • Démontrer devant l’enfant autiste, comment avoir une conversation et un comportement social approprié.
  • Définir clairement un espace de jeu en utilisant des marqueurs visuels; tels que des poufs; pour favoriser un sentiment de sécurité autour des autres enfants.
  • S’assurer que les informations sur les événements sont à la fois claires et visibles; en termes d’activités de routine et de celles qui ne relèvent pas de la routine et peuvent causer de la détresse.
  • Pratiquer ces stratégies d’adaptation pendant le jeu.

Différentes personnes souffrent de TSA à des degrés divers et avec des comportements particuliers. Cependant, ces stratégies et compétences peuvent aider chaque personne à améliorer sa qualité de vie.

Autisme: recherches et études

Il n’y a pas de remède contre l’autisme. Cependant, les chercheurs étudient presque tous les aspects du trouble, de ses causes aux traitements potentiels.

Chez certaines personnes autistes; les médicaments et les interventions de santé comportementale peuvent améliorer les symptômes pour permettre à une personne de fonctionner de manière autonome à l’âge adulte.

Pour d’autres; les symptômes et les maladies coexistantes, telles que l’épilepsie; peuvent nécessiter une prise en charge et une assistance supplémentaires.

La recherche aide à identifier les causes possibles et les traitements de l’autisme. Certaines des avancées les plus importantes dans la recherche sur l’autisme comprennent:

Etude de 2017 dans les Actes de la National Academy of Sciences des États-Unis d’Amérique

Cette étude a examiné 32 enfants qui ont reçu de l’ocytocine intra-nasale ou un placebo comme traitement. La recherche a révélé que les enfants qui prenaient de l’ocytocine présentaient une amélioration du fonctionnement social. Les responsables de l’étude avaient précédemment constaté que de faibles niveaux d’ocytocine étaient liés à des performances sociales inférieures.

Recherches lors de la conférence 2018 de l’American Society of Human Genetics

Ces recherches ont identifié 43 séquences génétiques inconnues auparavant associées à des retards de développement, y compris l’autisme.

Une étude toujours en cours

L’étude en cours sur le déchiffrement des troubles du développement examine actuellement les conditions non diagnostiquées chez plus de 12 000 personnes au Royaume-Uni; et en République d’Irlande.

L’étude vise à essayer de comprendre ces troubles du développement pour aider les enfants; et les adultes qui en souffrent ainsi que les scientifiques et les cliniciens.

Une étude de 2017 dans la revue Nature

Cette étude a révélé que la croissance du cerveau chez les enfants autistes était liée à la gravité du trouble. Les chercheurs ont émis l’hypothèse que ces connaissances pourraient aider les médecins à diagnostiquer l’autisme à un stade plus précoce que jamais.

Ces études ne sont que quelques exemples des efforts en cours qui peuvent aider au diagnostic et au traitement futurs des TSA.

Conclusion

L’autisme ou TSA est une affection du développement neurologique complexe; qui cause des difficultés d’interaction sociale et favorise le strict respect des routines et des modèles prévisibles.

Il existe différents types et sévérités de TSA. Certaines personnes autistes peuvent vivre de façon autonome, tandis que d’autres nécessitent des soins et un soutien plus soutenus.

Les causes sont actuellement inconnues, mais les chercheurs ont identifié plusieurs gènes qui pourraient avoir des liens avec le développement des TSA. Les vaccins ne provoquent pas l’autisme.

Des recherches sont en cours et des traitements susceptibles d’améliorer la qualité de vie des personnes autistes sont en cours. Les thérapies actuelles comprennent l’ergothérapie, l’orthophonie et diverses formes d’aide à la communication.

Laissez un commentaire